la Montagne

Rumm
C’hoariva
Yezh
Galleg
Orin
Paris, Georges Crès, 1921
Treuzskrivañ
Sébastien Marineau
En hevelep levr :

Toute lumière éteinte, derrière le Rideau fermé, on entend, claire, triomphante en l’inaccessible lointain,

UNE VOIX CHANTANT
toute seule, singulière, avec de grands ébats sauvages…
On discerne autour d’elle l’irisation d’une LYRE nombreuse qui, dans l’instant où la VOIX reprend haleine, double les derniers contours du chant et ne laisse aucun répit au silence.