Nage autre part pour tes ébats

Genre
Poésie
Langue
Moyen-Français
Source
Nantes, Etienne Larcher, 1493
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

La cour est une mer dont sourd
Vagues d’orgueil, d’envie orage.
Qui là chet à peine en ressort*,    [ressourt] 
Male bouche y fait maint dommage,
Ire émeut débats et outrage
Qui les nefs jettent souvent bas,
Trahison* y fait son personnage,    [traïson] 
Nage autre part pour tes ébats.

S’échapper veux*, feins être sourd    [si tu veux t’échapper] 
Et n’use pas de grand langage,
Temporise faisant le lourd,
Ecoute et cèle* ton courage,    [dissimule] 
Sans mouvoir en plus qu’un image,
Esquives noises* et débats*,    [tapage | combats] 
Fuis luxure et tout son barnage*,    [litt. corps des barons] 
Nage autre part pour tes ébats.

Pour dire vrai au temps qui court,
Court est bien périlleux passage,
Pas sage n’est qui droit la court,
Court est son bien et avantage,
Avant âge y faut* le courage    [manque] 
Rage est sa paix, pleurs ses soulas*,    [plaisirs] 
Les c’est un très piteux ménage,
Nage autre part pour tes ébats.

Prince, court est un droit servage,
Liberté vaut trop mieux, hélas,
Toi dont qui as bon patronage,
Nage autre part pour tes ébats.