C’est très bien dit, mais quérez qu’il le fasse

Genre
Poésie
Langue
Moyen-Français
Source
Nantes, Etienne Larcher, 1493
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Sage moyen* de jeunesse est issu.    [milieu] 
L’homme est certain et plus n’y retourner,
Accompli est tout ourdi et tissu*.    [tissé] 
Il doit adonc a sagesse tourner
Et de vertus richement s’atourner*,     [cf. les atours] 
Etre prudent, atrempé*, raisonnable,     [?] 
De bon conseil loyal et véritable,
Plus n’est saison d’avoir légère face,
Ni soi trouver d’aucun vice coupable,
C’est très bien dit, mais quérez* qu’il le fasse.    [cherchez, et désirez] 

Au temps qui court belle robe et tissu
Tout pour le corps tant seulement orner,
C’est le grand sens mieux des apprentis su,
Et où les coeurs aiment mieux séjourner.
Vieillesse vient tantôt l’homme ajourner*    [visiter] 
Pour d’avant el* ou mort être comptable    |elle] 
Du passe-temps, cette chose est doutable*.    [redoutable] 
Garde chacun que son compte parfasse
Tant que le rest* ne lui soit trop grevable*    [reste | blessant] 
C’est très bien dit, mais quérez* qu’il le fasse.    [cherchez, et désirez] 

J’ai en mon temps moult de gens aperçu
A qui le sens ne fait que bétourner*.    [tourner à l’envers] 
Si de premier bien faire eussent conçu,
Dure chose leur fût* s’en détourner.    [aurait été] 
On fait les pains cornus* à l’enfourner    [riches, et étranges, voire traîtres] 
Du bien vivant voit-on la fin notable,
Que vaut être duc, comte ou connétable,
En faisant mal leur los* et prix* s’efface,    [honneur | réputation] 
Fors que bonté en nous n’a rien louable,
C’est très bien dit, mais quérez* qu’il le fasse.    [cherchez, et désirez] 

Prince, je voi* toute chose muable,    [vois] 
Le temps, les gens, voyez rien estable*.    [ferme] 
Certes nenni que tout ne se défasse,
De vivre bien vient vie* pardurable*    [prononcez vië | éternelle] 
C’est très bien dit, mais quérez* qu’il le fasse.    [cherchez, et désirez]