Pour ce que l’oeuvre en est dénaturelle

Genre
Poésie
Langue
Moyen-Français
Source
Nantes, Etienne Larcher, 1493
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

Où sont les bons qui autrefois véquirent*    [vécurent] 
Et qui vertus en leurs beaux jours acquirent* ?   [acquérirent] 
Ô Dieu, fais tant qu’aucun d’iceux ressourde*    [ne se relève] 
Pour voir comment les honneurs qu’ils conquirent,
Qu’ils n’eurent pas dès le jour que naquirent,
Sont à présent venus en gent beslourde*.    [lourdaud] 
Bien leur ferait à portes* pesant faix    [porter ?] 
Quant ils verroint* les déhonnêtes faits    [verraient] 
Commis par ceux que seigneurs on appelle,
Qui ne tiennent vérité en langage,
Ni fermeté en fait : c’est cas sauvage
Pour ce que l’œuvre en est dénaturelle.

Les preudes* gens en leur temps ne s’enquirent    [sage] 
Fors de* bonté et sagesse qu’ils quirent*,    [que de | cherchèrent] 
Dont les méchants d’aujourd’hui tiennent bourde.    [tromperie] 
Heureusement* en aise se chevirent,     [avec bonheur, se nourrirent] 
Et à la fin pleins de grands ans se virent.
Qui ne s’entend de simplesse se hourde*    [s’encombre, se fortifie ?] 
Doncques princes qui vous nommez parfaits
Et ne voulez ensemble vivre en paix
Par union et amour fraternelle,
Mais l’autrui bien voulez et l’héritage,
C’est très grand mal s’enrichir de pillage
Pour ce que l’œuvre en est dénaturelle.

A tous seigneurs je suppli* que se mirent*    [supplie | se regarder > comparer] 
Et non à ceux qui font la lime sourde*,    [peine, querelle] 
Leurs grands défauts et malice remirent*,    [qu'ils examinent] 
Et fassent tant que plus contre eux ne me irent*    [mettent en colère] 
Dont il faille* que de mon lit me sourde*    [il s’en faut de peu | me lève] 
Pour écrire de leurs vices jamais
Ce me serait un dolent entremet.
Mieux me plairait raconter chose belle
Que d’un seigneur ou homme de parage
Qui n’a valeur en plus ou moins qu’un page,
Pour ce que l’œuvre en est dénaturelle.

    Georges

Prince qui porte et soutient les mauvais
Contre les bons l’honneur de son palais,
Et en perverse et honteuse querelle.
Celui conduit un criminel ouvrage
Qui amatit main noble et haut courage    [abbatit] 
Pour ce que l’oeuvre en est dénaturelle.