Thème : le Large

Amour et foi (05) : Océan (l’)

Océan, Océan, te voilà ! — Mes pensées 
Redemandaient partout tes plages hérissées, 
Mon âme aurait voulu t’atteindre à chaque élan : 
Te voilà donc ! — Frappé de ta grandeur farouche, 
Je tremble... Est-ce bien toi, vieux lion, que je touche, 
          Océan, terrible Océan ? 

Amour et foi (50) : Au bord de la mer

Et j’isolai mon cœur de la foule agitée 
Qui n’a connu jamais ni trêve ni repos ; 
Et je m’en allai seul jusqu’à l’anse écartée 
Où la mer monte et gronde avec ses mille flots. 

La mer... elle étendait, profonde et transparente, 
Sa ceinture de rocs où la mouette a son nid ; 
Et l’éternel concert de son onde vibrante 
Versait dans ma pensée un parfum d’infini. 

Arvor (l’) (39) : Chœur des vagues

                              Sur ces vaisseaux si Dieu nous lance,
                             Terribles nous fondons sur eux ;
                             Puis nous promenons en silence
                             La barque frôle qui balance
                             Un couple d’enfants amoureux.
                                           J. Autran

Arvor (l’) (54) : Salut à la mer

Quand le mal du pays nous tient sous sa puissance,
Que le retour est doux après la longue absence !
Que la patrie est douce après l’exil amer !
Voici la lande inculte et des senteurs marines
Entrent avec la brise au fond de nos poitrines ;
Amis, voici l’Arvor, amis, voici la mer !

Bombard Kerne (11) : Fubuenn, lestrig a vrezel (ar)

war don Gwennili tremeniad 

  I 

Displeg da askellig ! 
Ma Fubuenn koantik ! 
  Mistr ha kempenn, 
War gribell ar c’hommenn 
Nij, herrus ha skañv ; 
  ’Vel ar gouelan. 

Prim, prim, a denn-askell 
Ma doug eta, pell, pell, 
  Ouzh an douar 
Ken karget a c’hlac’har, 
Ken leun a boanioù kriz, 
  Hudur a bri. 

Chanson de la Bretagne (la) (08) : Mouettes (les)

    À Madame Edmée Bénac

L’eau brumeuse de la rivière
S’éveille dans le matin clair.
Du fond calme de l’estuaire
Voici monter, monter la mer.

Elle entre au cœur de la vallée
Comme un brusque jet de sang fort,
Et sa rude haleine salée
Ressuscite le pays mort ;

Et la vieille ville assoupie,
Tréguier, Pontrieux ou Quimper
Tressaille, comme si la vie
Montait en elle avec la mer ;

Chanson de la Bretagne (la) (14) : Chanson du vent de mer (la)

O vent de mer, ô roi des vents,
Toi qui fais, quand tu te déchaînes,
Crier l’angoisse des vivants
Dans le vaste sanglot des chênes.

Souffle, souffle, grand souffle amer,
roi des vents, ô vent de mer !

O vent de mer, ô roi des vents,
De nos âmes et de nos portes
Chasse les rêves décevants,
Avec le tas des feuilles mortes.

Souffle, souffle, grand souffle amer,
roi des vents, ô vent de mer !

Chanson de la Bretagne (la) (22) : Chanson du vent qui vente

An avel a zeu deus a bell ;
Den na oar piv ê an avel…

Le vent vient de loin ;
Personne ne sait qui est le vent…

Le vent qui vente est à ma porte
Qui pleure, comme une âme morte.
Il geint : « Ouvrez au nom de Dieu !
Je vois chez vous lueur de feu,
Je voudrais me chauffer un peu ! »

Alors j’ai dit à la servante ;
« Annik, ouvrez au vent qui vente. »
Et le vent qui vente est entré,
Et, devant l’âtre vénéré,
Doucement il a soupiré.

Mouezhioù an Abardaez-Noz (16) : Mor Breizh

Selaouit ar mor bras, gant e vouezh don garv,
O son d’ar Vrezhoned zo chomet en o bro.

        I

    Me eo luskeller Breizh-Izel :
    Me ’roas de’i nerzh ha skoazhell
    Pa deuas a Vreizh-Veur amañ,
    Damdost he c’halon da rannañ ;
    Me ’zougas ar c’hentañ kavell
    Ma kouskas ennañ Breizh-Izel.

Poésies de Georges Le Rumeur : Euzhusañ tra (an)

Euzhus eo gwelet ar mor bras
’Kreiz e fulor, e beg ar Raz,
Pa lonk joaius ha didruez
Ar pesketaer leun a vuhez !

Euzhus eo gwelet en hon touez
An naon o ren digar ha gouez,
Hag an arne kreñv ha garv
Pa zrailh an ed hag an derv !

Euzhus eo gwelet an argad
Pa strak ar poultr, pa ruilh ar gwad,
Met euzhusoc’h c’hoazh eo gwelet

Bretoned yud ha disleal
O werzhañ Breizh an dud kalet
Evit enorioù da Vro-C’hall !!!

Poésies de Georges Le Rumeur : Mor (ar)

O mor islonkus ! Mor yud ! Mor disleal !
Pa glevan da goummoù goapaüs o youc’hal
En-dro d’ar c’herreg du a c’houriz va Bro gaezh,
Raktal e sav da’m fenn tan ar vuanegezh !

Hep abeg noz ha deiz, nag a verdeidi
A zebrez gant eurvad, siwazh ! ha gant dudi !
Nag a zaeroù c’hwerv a lakez da redek
E-touez an Arvoriz nerzhus ha talvoudek !

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix