Leçon 05 : L’esprit collectif

1 – le sujet

Les noms collectifs

Certains noms dits collectifs sortent de l’opposition entre le singulier et le pluriel. Le principe est simple : quand on entend un moucheron voler, par exemple, on ne sait pas vraiment s’il y en a un ou s’il y en a plusieurs, alors le nom fubu désigne un groupe de moucherons qui peut aller d’un seul à… plusieurs millions.

Quels sont les noms collectifs ? Ce sont généralement :

– 1° des noms d’animaux : on y trouve chatal (le bétail), mais ce sont surtout des noms de petits animaux, des rongeurs comme logod (la souris) ou surtout des insectes comme fubu (le moucheron), kelien (la mouche), merien (la fourmi), gwenan (l’abeille), buzug (le ver de terre), kevnid (l’araignée)…

– 2° des noms de végétaux : on y trouve des noms d’arbres comme gwez (l’arbre), bezv (le bouleau), derv (le chêne), gwern (l’aulne), onn (le frêne), haleg (le saule), ainsi que des noms de fruits comme sivi (la fraise), kraoñ (la noix), mouar (la mûre), kistin (la châtaigne)…

– 3° des noms de choses : on y trouve des petites choses qui se présentent naturellement en groupe comme bruzun (la miette), teol (la tuile), bili (le galet), nadoz (l’aiguille), dilhad (le vêtement) ainsi que des phénomènes naturels comme koabr (nuage strato-cumulus), koumoul (nuage cumulus) ou stered (étoile)…

De façon surprenante, on trouve aussi eien (la source) : peut-être un sourcier nous confirmera-t-il qu’un source jaillit en groupe ?

Comment se comportent les noms collectifs ? Il faut parfois qu’ils se donnent un genre et un nombre « pour la forme », alors ils sont considérés comme des masculins et (généralement) comme des pluriels.

Certains collectifs comme logod, bili, kelien sont d’ailleurs d’anciens pluriels.

Maintenant que nous avons compris le principe, reprenons notre exemple. Le nom fubu désigne un groupe de moucherons, alors comment faire si nous voulons désigner un moucheron, celui-là et pas un autre, ou des moucherons, ceux-là et pas d’autres ?

On crée un nom (dit singulatif) en ajoutant le suffixe -enn qui donne un genre (féminin) et un nombre. Le singulatif singulier fubu-enn désigne donc un seul moucheron bien déterminé, tandis que son pluriel normal fubu-ennoù désigne des moucherons bien déterminés.

daskor_support_055.png

L’exercice ci-joint n’est vraiment pas difficile (et vous n’aurez normalement même pas besoin du corrigé).

2 – le verbe

Il y aura du nouveau dans la prochaine leçon, c’est promis !

3 – le complément

Le groupe nominal complément

Dans la leçon précédente, nous avons vu le pronom personnel complément (je le vois…). Maintenant, voyons comment construire un groupe nominal complément (je vois le chien…), et nous pourrons clore le premier cycle en sachant construire une phrase simple, mais complète. Soit donc le schéma suivant :

daskor_support_052_0.png

En fait, ce n’est pas très compliqué, car tout ce que nous avons vu pour le groupe nominal sujet vaut aussi pour le groupe nominal complément.

Autrement dit, on peut aussi bien dire ar c’hi a heskin ar c’hazh (le chien brime le chat) que ar c’hazh a heskin ar c’hi (le chat brime le chien). Du coup, vous me voyez venir, on peut passer directement à l’exercice et au corrigé.

À noter que cet exercice reprend tout ce que nous avons vu dans ce cycle, donc si vous le réussissez, vous pouvez passer au cycle suivant, mais si vous éprouvez des difficultés, n’hésitez pas à revenir sur les leçons précédentes, car ce qu’elles contiennent est absolument indispensable pour la compréhension des cycles suivants.

 

© Sébastien Marineau et l'association Daskor Breizh

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix