Amour et foi (55) : Vision

C’était la grande nuit, c’était la douzième heure 
De ce jour solennel et que toute âme pleure, 
De ce jour douloureux que rien n’effacera, 
Où le Christ, tout sanglant, devant la foule immonde, 
Jeta son dernier cri qui remua le monde, 
          Et, baissant la tête, expira. 

Et je rêvais — mon âme avec force emportée 
Traversait une sphère étrange, illimitée — 
Je vis un rideau noir comme les sombres nuits : 
L’éclair seul déchirait ce voile impénétrable. 
Et derrière la nue une voix formidable 
          Disait : « Je suis celui qui suis. » 

Et je sentis mes os se heurter d’épouvante, 
Et le froid de la mort glaçait ma chair vivante, 
Quand le rideau fatal s’entr’ouvrit comme un ciel : 
Et voilà que je vis, de l’œil perçant de l’âme, 
Trois grands vieillards siégeant sur des trônes de flamme, 
          Job, Isaïe, Ézéchiel. 

Tous trois calmes et forts, comme aux siècles antiques, 
Déroulaient lentement leurs pages prophétiques : 
Job le saint exilé, l’homme aux vastes douleurs, 
Baissait encor ses yeux desséchés par les pleurs, 
Comme au jour où sa voix sublime, mais amère. 
Faisait un appel triste à la tombe sa mère. 
Isaïe, effrayant même dans son repos, 
Semblait foudroyer Tyr, cette Babel des flots ; 
On eût dit que, debout sur la roche pendante, 
Il lui jetait encore une menace ardente, 
Mais celui qui brisa mon cœur, celui-là seul, 
Ce fut Ézéchiel, pâle comme un linceul ; 
Mon œil, dans sa prunelle éclatante et profonde, 
Crut lire en traits de feu la ruine du monde, 
Lui seul, chargé du poids des siècles qui viendront, 
Cachait sous des éclairs les rides de son front ; 
Lui seul jusque sur moi projetait sa grande ombre, 
Et je vis à leurs pieds, avec son regard sombre, 
Dante, le vieux poëte à la plume de fer, 
Immobile et posant la main sur son Enfer. 

          Et moi, dans ma terreur muette, 
          Je tordais vainement mes bras ; 
          Et je sentais blanchir ma tête 
          Comme un oiseau sous les frimas. 
          Une formidable pensée 
          Gonflait ma poitrine oppressée, 
          Je voulus m’écrier : Seigneur ! 
          Mais le doigt d’une main puissante 
          Fermait ma bouche frémissante 
          Et glaça le cri de mon cœur. 

          Et tout à coup pure, éclatante, 
          Une parole vint à moi, 
          Et dans mon âme palpitante 
          Je crus sentir couler la foi : 
          « Homme frêle entre les plus frêles, 
          Il en est temps, ouvre tes ailes, 
          Ouvre-les, prends ton vol dans l’air ; 
          Va poussière, va, fils d’un homme, 
          De quelque nom que l’on te nomme, 
          Misérable enfant de la chair. 

          Écoute : Ils ont dans leurs caprices 
          Tout corrompu, l’âme et le cœur ; 
          Plongés dans de fausses délices, 
          Ils ont dit : « C’est là le bonheur. » 
          Ils ont élevé pierre à pierre 
          Un monument, colonne altière, 
          Dont ils se vantaient en tout lieu... 
          Vain colosse qui les écrase ! 
          Dans cet édifice sans base, 
          Ils n’avaient oublié que Dieu. 

          Dieu, l’Être unique, solitaire, 
          Le seul grand, le seul éternel, 
          Qui d’un souffle ébranle la terre, 
          Qui d’un pas franchit tout le ciel. 
          Dieu qui créa l’azur sans bornes, 
          Dieu qui créa les déserts mornes 
          Où s’égare votre douleur, 
          Et sur cette terre encor nue 
          Jeta la semence inconnue 
          Qui devint homme, brute ou fleur. 

          Et qu’est-ce que l’homme éphémère ?... 
          Qu’est-il cet insecte rêvant, 
          Ce roseau né de la poussière, 
          Et qui frissonne au moindre vent ? 
          Semblable à la plante fanée, 
          Il se meurt d’année en année... 
          Où vont ces tourbillons humains ? 
          On les voit monter et descendre ; 
          Qu’en reste-t-il ? un peu de cendre 
          Qui se perd le long des chemins ! 

          Jéhovah se rit de l’outrage, 
          Mais Jéhovah donne et reprend, 
          Et quand il brise son ouvrage, 
          Il est aussi juste que grand. 
          Il envoya donc plus d’un sage 
          Qui murmurait sur son passage 
          Les noms de gloire et de vertu : 
          Gloire !... à ce mot pur et sonore, 
          Ces cœurs d’hommes battaient encore, 
          Mais à l’autre ils n’ont pas battu ! 

C’en est fait — Dieu d’abord frappera les couronnes 
Son souffle balaiera la poussière des trônes 
          Devant l’homme mortel ; 
Et comme aux larges flots du fleuve solitaire 
On laisse aller la feuille, il livrera la terre 
          Aux quatre vents du ciel. 

Va donc, homme de chair et de sang — l’heure vole ; 
Endurcis ton cœur frêle et retiens ma parole, 
          Je suis le fils d’Amos : 
Va — quel que soit l’instant, sinistre ou favorable, 
Dresse-toi devant eux, fantôme inexorable, 
          Et jette-leur ces mots : 

Un signe s’étendra du couchant à l’aurore, 
Eclatant de blancheur — Ce divin météore 
Inondera les cieux de rayons purs et clairs, 
Et du côté du Nord courbera ses éclairs, 
Et, pliant le genou devant ce flambeau pâle, 
Les peuples trembleront d’une terreur égale. 
Mais quand ils le verront dans les cieux moins brillants, 
S’avancer pas à pas, comète à crins sanglants, 
Et comme un vaisseau lourd errant de lame en lame, 
Tourbillonner la nuit dans ses vagues de flamme ; 
Quand, aux yeux de l’athée oppressé de remords, 
Les tombeaux s’ouvriront et vomiront leurs morts, 
Et qu’atteint tout à coup d’une rouille livide 
Le soleil chancelant s’éteindra dans le vide, 
Alors tout finira , la terre et l’homme — et Dieu 
Apparaîtra debout sur la nuée en feu.

Vous êtes ici

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
57, rue Guy Le Normand,
29600 Plourin-lès-Morlaix