Leçon 02 : La particule élémentaire

1 - le sujet

le pronom personnel sujet

Nous allons commencer à faire des phrases (et nous ne nous arrêterons plus), alors il nous faut un sujet. Prenons ici le sujet le plus simple et le plus courant qui soit, le pronom personnel sujet :

021_support_daskor.png

Notez que le breton ne distingue pas entre le masculin et le féminin à la 3ème personne du pluriel : i ou int (c’est la même chose) signifie donc aussi bien ils que elles.

2 - le verbe

la structure de la phrase bretonne

L’ordre des mots est complètement libre, mais à une exception près : on ne peut jamais placer le verbe en première position.

En effet, la structure de la phrase bretonne est en principe toujours le même :

daskor_support_022_5_1.png

Bien, développons un peu ce schéma. Nous avons ici :

– le sujet que nous mettrons en bleu (ici le pronom personnel sujet).

– la particule verbale que nous mettrons en orange : c’est un petit mot qui n'a pas d'équivalent en français, et qui est toujours a après le sujet.

– le verbe que nous mettrons en rouge : il se compose de la base verbale, que nous avons vue dans la leçon précédente, et d’une terminaison qui sert à indiquer le temps, et qui est :

daskor_support_021_2.png

Notez que :

– Un principe général en breton est qu’on ne précise pas deux fois la même chose. Le verbe est le même à toutes les personnes si le sujet est exprimé, puisque c'est ce sujet qui désigne la personne. Les terminaisons que nous donnons ci-dessus sont donc les mêmes à toutes les personnes, et l’on dit indifféremment me a skrivote a skrivo a skrivo, etc.

– Les temps sont à peu près les mêmes qu’en français : le présent, le futur et l’imparfait correspondent (en gros) au français, le potentiel et l’irréel correspondent (en gros) à nos conditionnels, enfin le prétérit correspond à notre passé simple et, comme lui, on ne l’emploie plus (et encore) qu’à l’écrit.

Si nous reprenons maintenant le schéma de tout à l’heure, cela nous donne donc :

daskor_support_022_6_1.png

Prenons maintenant quelques exemples. Soit le verbe skrivañ (écrire), dont la base verbale est skriv- :

daskor_support_024_3.png

C’est tout ! Enfin… tous les DRH du monde entier chantent en chœur que la confiance n’exclut pas le contrôle, alors voici tout de même un exercice pour la confiance et son corrigé pour le contrôle.

3 - complément

R.A.S.

 

© Sébastien Marineau et l'association Daskor Breizh

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix