Histoire de la litterature bretonne (05) : Un ciel bien charge

Feiz ha Breizh

La fin du XIXème siècle voit ressurgir les principes révolutionnaires. La IIIème République (1875) crée un enseignement laïc et en français (1881-1882), interdit la prédication en breton (1902) et proclame la séparation de l’Église et de l’État (1905).

Le clergé craint alors que la langue française ne véhicule l’esprit de Voltaire, et il se met à l’ouvrage pour que ce soit la littérature bretonne qui touche la grande masse des fidèles. La devise de ce mouvement se répand : « Feiz ha Breizh » ou « la foi et la Bretagne ».

Des journaux catholiques et en breton voient ainsi le jour, comme Feiz ha Breizh (1865-1884 puis 1900-1944) et Kroaz ar Vretoned (1898-1920) par exemple. Voici le programme que Feiz ha Breizh place en tête de son premier numéro : 

« Evit gloar Doue ha mad ar bobl

Setu amañ douetus bras kentañ gazetenn ’zo bet skrivet e brezhoneg. Pep tra zo dister en e c’henivelezh, pep tra en deus poan o tont er bed. Pep genivelezh zo poanius, a-dalek genivelezh an den betek genivelezh ur gazetenn, ha setu petra ’laka nec’het neb zo karget da ren ar gazetenn-mañ ; met ivez d’an oad kentañ-se e ra an holl peurliesañ degemer mat, ha setu petra ’ro esperañs ha kalon da gomañs, dreist pep tra o c’houzout pe ger mat eo ar re da bere ez aer da skrivañ.

E galleg n’eo ket gazetennoù a vank. Met ar re a oar lenn er c’harter-mañ hag o defe c’hoant da zeskiñ un dra bennak, n’ouzont ket holl ar galleg. Ouzhpenn zo, ar c’hazetennoù galleg zo nebeut anezho hag a ve mat da lakaat etre daouarn an holl. E-lec’h bezañ kelennet ganto war ar mat, e c’hallfed deskiñ gevier. Amañ da vihanañ, ma na gav ket al lenner kalz a ouiziegezh, n’en deus ket ezhomm da gaout aon na ve tromplet, peogwir kement a vezo lakaet dirak e zaoulagad a deuy a-berzh an Aotroù ’n Eskob e-unan, e Vikel-Vras pe ar re a labour eus o ferzh. Ar pezh ne deuy ket eus o dorn, a vezo da vihanañ aprouvet ganto. [...] »

Beaucoup de prêtres se mettent alors à écrire en breton, principalement des pièces de théâtre, car ce spectacle attire les foules. L’abbé Joseph-Marie Le Bayon (1876-1935) est même dispensé de cure pour pouvoir écrire plus à son aise. Il faut dire que ses pièces de théâtre font venir plusieurs milliers de spectacteurs !

L’abbé Joseph-Marie Le Bayon n’hésite d’ailleurs pas à se moquer du clergé. Ici, le recteur est épouvanté par les visions de Nikolazig, qui dit voir Sainte Anne mais commence aussi à attirer dangereusement l’attention… qu’il se tienne tranquille !

« NIKOLAZIG
                              Truez ouzhin, Aotroù Person !

AR PERSON
Servijet mat ez peus ’n Aotroù Doue, Ivon,
Met an diaoul a zo mestr hiziv en da galon.
Hennezh en deus roet lamm da ouzhpenn ur sant,
Hennezh en deus kollet Judas, diaoul an arc’hant.
Kas ganez an aour-se ; dit ’int ; distal an daol
Eus an aour milliget ’neus roet dit an diaoul.
Truez am eus ouzhit, met ret eo skeiñ mibion
’Vit distagañ, diouzh ar wezenn vat, ar barr brein.
Setu perak a-dalek hiziv n’hellin ket,
Ivon Nikolazig, ma chomez aheurtet
En da soñjoù ’vel-se da lezel da dostaat
Ken ouzh an daol santel ’vel ar gristenien vat.
An dud a drompler, nann Doue ! Diwall emañ
E vallozh prest da gouezhañ warnout, war Geranna,
War ho madoù, warnoc’h-c’hwi holl tud direzon
Ma ne selaouit ket avizoù ho person.
 »

Mentionnons également les abbés Jean Roudot (1871-1921), Jean-Marie Perrot (1877-1943) ou François Le Du pour le théâtre, mais aussi les abbés François Le May (1852-1916), Jean Bourdoulous (1855-1916) et bien d’autres pour la poésie.

Dans ce poème, François Le May fait preuve de beaucoup de délicatesse :

« Me zo fleurenn ar vraventez,
Ganet ouzh glizh ar gouloù-deiz,
Flamm ’ve ma liv ha flour atav,
Ar roz eo ma gwir anv :
’Trezek an neñv, ’vel ur bedenn,
Va gwerz vat a bign da c’houlenn
– M’am bezo, kent ma vin gweñvet,
Un devezh muioc’h a c’hened.

’Vidon an heol a c’hoarzh, a splann,
Al laboused laouen a gan,
Ar bapelenn* gant e askell    [evit ar valafenn ?] 
Va dorlot ha va diduell :
Neuze d’an neñv, ’vel ur bedenn,
Va gwerz vat ’sav gant an aezhenn,
– Da c’houl’ c’hoazh, kent ma vin gweñvet,
Un deiz muioc’h a eürusted.

Bremaik ma delioù krazet,
Ma c’halonig paour disec’het,
Ha dismantret ma c’hurunenn,
’Kouezhin, allaz ! war an dachenn :
Met en ur vervel, koulskoude,
Va gwerz vat ’bigno c’hoazh d’an ne[ñv],
– Da lâret grad-vat ha bennozh
Dre ma vin bet ur boked roz.
 »

En outre, de simples fidèles comme Adrien de Carné (1854-1943), Pierre Pronost (1861-1909), Claude Le Prat (1875-1926) ou Auguste Bocher (1878-1944) se mettent également à écrire des pièces de théâtre ou de la poésie.

Nous avons vu que le clergé n’écrivait pas que sur la foi et, inversement, les laïcs n’écrivent pas seulement sur l’amour de leur pays. Dans ce poème, Pierre Pronost médite ainsi sur la condition humaine.

« Bihan ’vel ur c’hwibuenn a-zindan ar c’hoabr glas,
En draonienn, er menez, pe c’hoazh war ar mor bras,
An den, petra ’c’hallfe talvezout war an douar ?
Daoust hag ar soñjezon a nij eus e spered
Ne c’hallfe ket pignat dreist an heol, ar stered,
Betek ur sklêrijenn ha n’he deus ket he far ?

Eus a vil vloaz da vil vloaz pa weler ar reier
O chom hep uzañ tamm a-zindan an amzer,
Perak e vrein an den evel un amprevan ?
Ha perak bezañ roet dezhañ kalon ha penn ?
Perak e vuhez zo berr evel ul luc’hedenn
A red er c’houmoul du d’an devezhioù taran ?

Perak ? Abalamour n’eo ket graet ’vit an douar,
Ganet eo ’vit gounit un deiz ar vro dispar
O doa kollet hon tad hag hor mamm disentus.
Bepred an den a dle sevel uheloc’h e benn,
Bez en deus un Ene, bez ez eo dioc’h ur ouenn
Ha ne c’hall ket mervel : ouenn an Doue galloudus. 
»

On fera enfin un cas à part de Jean-Pierre Calloc’h (1888-1917) dont l’œuvre hors du commun est connue bien au-delà des frontières de la Bretagne. Qui n’a jamais entendu Yann-Fañch Kemener et Gilles Servat chanter « me zo ganet e-kreiz ar mor » ?

« Me zo ganet e-kreiz ar mor
    Teir lev er-maez ;
Un tiig gwenn du-hont em eus,
Ar banal ’gresk e-tal an nor
Hag al lann a c’hol an avaez.
Me zo ganet e-kreiz ar mor,
    E bro Arvor.
 
Ma zad a oa, ’vel e dadoù,
    Ur martolod ;
Bevet en deus kuzh ha diglod
– Ar paour ne gan den e glodoù –
Bemdez-bemnoz war ar mor blod.
Ma zad a oa, ’vel e dadoù,
    Stlejour-rouedoù.
 
Ma mamm ivez a labour[a]
    – Ha gwenn he blev – ;
Ganti, ar c’hwez war hon taloù,
Desket em eus bihanig tra,
Mediñ ha tenniñ avaloù.
Ma mamm ivez a labour[a]
    D’c’hounit bara… [...]
 »

Le Gorsedd

L'influence galloise déborde du cadre étroit des missions protestantes et contribue à relever la littérature bretonne en implantant le Gorsedd. Le Gorsedd est un collège de « druides » sans véritable appartenance religieuse.

L’influence du Gorsedd est surtout liée à trois de ses membres : Erwan Berthou (1861-1933), Toussaint Le Garrec (1862-1939) et François Jaffrennou plus connu sous le nom de Taldir (1879-1956).

Les membres du Gorsedd valorisent la Bretagne païenne sans rompre avec la Bretagne chrétienne : Toussaint Le Garrec écrit ainsi une prière à Sainte Anne avant de donner dans Hollvelen une représentation très peu catholique du mariage !

« NERZHVEUR
Lâret ’meus, ha ne vo birviken dislâret,
Da verc’h koant Hollvelen eo va muiañ-karet.
Ra gouezho war va fenn holl gurunoù Taran
Ma n’eo ket hi dreist an holl verc’hed a garan !
Hogen, n’ouzon ket c’hoazh pe ’vit ur bloaz hepken
He c’hemerin, pe ’vit ar vuhez penn-da-benn ;
Ha gant se, gra daou briz, unan ’vit pep doare.
’Benn ar Gouel e welin war beseurt troad bale.

MINTER
Me na ran forzh ebet ; rak n’am bo ket a goll
Nag e teufe ’r baotrez goude bloaz ’maez a roll :
Gwazed a vo bepred o redek war he lerc’h,
Ha traoù ’vo roet din adarre ’vit va merc’h.
Set’ amañ diganit ar priz a c’houlennan
Da vezañ rentet din em forzh, da Gouel an Hañv,
’Raok kuzh-heol, mar ve graet an eured da viken,
Hag hanter kement all mar ve bloaziek hepken :
Div gazeg leun, pevar marc’h gwenn, pevar marc’h ruz,
Peder ebeulez wenn, ha pevar ebeul du ;
Peder dousenn deñved, dek pemoc’h a c’hwec’h miz,
Dek buoc’h, dek ounner, ha daouzek tarv brizh.
Kement-se ’dalve din dioueret Hollvelen. [...]
»

Certains membres du Gorsedd essaient d’aller plus loin et de développer une réflexion philosophique. Ainsi, Erwan Berthou se sert du gallois pour constituer un vocabulaire abstrait (et quelque peu ésotérique) dans Dindan derv an Drouized :

« Bezañ ez eus pemp elfenn : KALAS, GWYAR, FUN, UVEL ha NWYVRE (Kaleter, dourder, aezhennder, tander ha neñvder).
Diouzh KALAS e teu ar c’horfoù, da lâret eo an douar ha pep korf kalet ;
Diouzh GWYAR e teu ar glebder ha pep teuzusted,
Diouzh FUN e teu pep c’hwezhadenn, pep avel, pep alan hag aer ;
Diouzh UVEL e teu pep tommder, pep tan ha gouloù ;
Ha diouzh NWYVRE e teu pep buhez, pep keflusk, pep spered, pep ene deneleg, ha diouzh e unanidigezh gant an elfennoù all e tarzh pep buhez.
Hag en NWYVRE, hag en e gaerder-dreist, hag e-maez a bep tra all disheñval, emañ Doue, rak Doue a zo Nwyvre, ha n’ez eus ennañ na nevezidigezh, na marv, na gwastadur (pe breinadur) na digresk, da lâret eo : n’ez eus na lec’h nag amzer, ’lec’h n’emañ ket Doue.

Tennet diouzh ar Barddas, L.I.d. 382

NOTENN
An droidigezh saoz, displeget er Barddas, ’keñver-ha-keñver gant ar c’hembraeg, ne dro ket ar gerioù Calas, Ufel, Nwyvre (reiñ a ra anezhe evel m’emaint-i) ; gwyar a zo troet gant fluidity, Ffun gant breath, da lâret eo alan.
Er skritur kembraeg, e meur a lec’h, Nwyvre ha Nef (pe Nev) a zo roet an eil evit egile ; Nef (pe Nev) n’eo ket troet e saozneg. Ar Barddas a ro ivez Awyr, da lâret eo aer (Ffun, Wybr), Haul, da lâret eo heol (tan, ufel, uddel) ; Nwyvre (Enyded, Nyfel).
Er geriadurioù kembraeg nevez e kaver Nwyvre : yr elfen dan, ether ; nwyf : pervading element, da lâret, e galleg, pénétrant élément ; Enyded : padelezh, amzer, ec’honder ; Ufelai : oxygène ; Kaled : kaleter.
Ac’hane em eus troet :
CALAS : kaleter
GWYAR : dourder
FUN : aezhennder
UFEL : tander
NWYVRE : neñvder, éther
 »

La littérature bretonne à l’aube de la modernité

La littérature bretonne se développe donc au début du XXème siècle, mais les écrivains bretons peinent encore à sortir des sentiers battus. Voici ce que Joseph Loth constate à l’issue du concours littéraire organisé par l’Union Régionaliste Bretonne :

« [...] A prendre l’ensemble, il n’est encore que trop visible que nous ne sommes pas débarassés du bric-à-brac démodé qui encombre nos ateliers de poètes. Il serait temps d’en finir. Oui, il est bien entendu que la Bretagne est le plus beau pays du monde, avec la mer autour, la forêt au milieu ; entendu, que c’est une terre de granit recouverte de chêne [...]. Je le sais, mon ami Fañch, tu me l’as assez chanté : ton clocher est le plus beau d’alentour ; ta douce a les cheveux de lin à moins qu’ils ne soient noirs comme ceux du corbeau, des joues rouges comme la rose, le visage blanc comme le lait dans un pot noir, etc. Maintenant écoute le concert des flots de notre océan, ce que dit le vent en passant sur la lande ou dans les bois ; prête l’oreille aux voix de nos ancêtres parlant par la bouche de nos conteurs et de nos chanteurs populaires. [...] Nos légendes, les romains bretons dans la littérature française du Moyen-Age, les Mabinogion, la poésie lyrique galloise peut-être, sont encore autant de sources variées et intarissables de vraie poésie.

Il faudrait aussi que l’histoire fût respectée. On est honteux de se trouver encore en présence de druides d’opéra comique, de fabuleux ovates, de Chouans ornés de toutes les vertus, de Bleus affligés de tous les vices, etc. Nos poètes se résigneront, je l’espère, à apprendre l’histoire de Bretagne ailleurs que dans le Barzhaz-Breizh. [...] »

Quelques auteurs commencent à se démarquer comme le groupe des « X3 » : le professeur Emile Ernault (1852-1938), François Vallée (1860-1949) et Meven Mordiern (1878-1949) font revivre l’antiquité celtique dans Sketla Segobrani (1923-1925).

De son côté, Tanguy Malmanche (1875-1953) publie des pièces de théâtre, dont on retiendra surtout deux véritables chefs d’oeuvre : les pièces de théâtre Gurvan, ar marc’heg estrañjour (1923) et Ar Baganiz (1931).

L’œuvre de ces auteurs n’est pas encore libre de droit, alors vous devrez patienter un peu !

Mais surtout, une nouvelle génération commence à se grouper autour de Roparz Hemon (1900-1978) : Jakez Riou (1899-1937), Youenn Drezen (1899-1978)... Cette génération va faire entrer les avions et les voitures dans la littérature bretonne, et c’est une autre histoire qui commence.

Jakez Riou est surtout célèbre pour ses nouvelles, dont la plus grande partie a été publiée dans le recueil Geotenn ar Werc’hez. Tan war c’horre Kemenez est un roman qui n’aurait jamais été achevé…

« [...] Ne c’houlennas ket digant e vab, gourvezet war ur fard kerdin e diaraog ar vag, petra ’dalveze an tan war c’horre an enezenn, rak ne ouie ket hiroc’h egetañ, na digant ar gedour a zegase da Gonk, rak ouzh e welout alvaonet, e oa aes d’ar sturier gouzout ne oa hini anezho o-zri evit ober d’ur goulenn ur respont dereat. [...]

Kerkent ha ma’z erruas ar vag e porzh Konk, Kerfriden a gemennas d’e vab eoriañ anezhi tost d’ar c’hal ha kemer al levneged, pesketaet e-tal an tour-tan, – eno e vez kavet al levneged ar saourusañ, – evit o c’has d’ar gêr ; hag eñ a yeas war-eeun da di an archerien. [...]

Gwall nec’het en em gavas ar archerien. Hep mar ebet, e oa c’hoarvezet darvoud e Kemenez, rak tan war c’horre an inizi, a zo evel ar banniel du war lein an tourioù-tan, hag a ro da c’houzout eo c’hoarvezet ur gwall zarvoud bennak. Mestr an archerien, ar wech kentañ dezhañ klevout anv eus seurt tra, ne ouie ket gwall vat petra ober, mont da Gemenez pa chom hep mont, pa voe gwelet ur vagig he gouelioù digor o tont eus tu an enezenn.

Bag ar Foll an hini oa.

An itron Foll brudet en holl inizi, a veve gant ur mab nemetañ, e Kemenez, gant un ugent bezhiner bennak, lakepoded ha forbaned deut di da labourat pell diouzh archer ha barner. »

La littérature bretonne de langue française

Des écrivains bretons s'assument en tant que tels, et n'ont plus peur d'être qualifiés de « folkloriques ». La littérature bretonne de langue française devient donc plus beaucoup plus évidente.

Ainsi, Anatole Le Braz (1859-1926) et Charles Le Goffic (1863-1932) sont restés fameux, et le second entrera même à l'Union Régionaliste Bretonne en 1898 avant d'entrer à… l'Académie Française en 1930.

C'est à la fin du XIXème siècle que des écrivains bretons comme Narcisse Quellien constituent la communauté bretonne de Paris avec les dîners celtiques, par exemple. Charles Le Goffic s'en fait l'écho dans ce poème, car l'existence même de cette communauté démontre bien que l'on n'est pas Breton simplement parce qu'on vit en Bretagne : il s'agit au contraire d'une appartenance beaucoup plus profonde, et qui touche à l'identité.

« Hélas ! tu n’es plus une paysanne ;
Le mal des cités a pâli ton front,
Mais tu peux aller de Paimpol à Vanne,
Les gens du pays te reconnaîtront.

Car ton corps n’a point de grâces serviles ;
Tu n’as pas changé ton pas nonchalant ;
Et ta voix, rebelle au parler des villes,
A gardé son timbre augural et lent.

Et je ne sais quoi dans ton amour même,
Un geste fuyant, des regards gênés,
Évoque en mon cœur le pays que j’aime,
Le pays très chaste où nous sommes nés.
 »

Notons également que le grand écrivain breton Victor Ségalen (1878-1919) a commencé par écrire en breton avec A-dreuz an Arvor (1899) avant d'écrire en français, et que l'autre grand écrivain breton Max Jacob (1876-1944) a fait la part belle a l'influence celtique de son enfance dans Poèmes de Morvan le Gaélique (publiés en 1953).

 

© Sébastien Marineau et l'association Daskor Breizh

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix

propulsé par Drupal