Leçon 01 : Au commencement était le verbe

Comme promis, nous allons d'abord suivre le modèle français « sujet – verbe – complément ».

1 - le sujet

La base de la phrase bretonne est la base verbale, donc le sujet ne sera pas notre… sujet (arf !).

2 - le verbe

En breton, le verbe a deux formes principales : l’infinitif et la base verbale :

– l’infinitif sert à l’infinitif (et au participe présent)

– la base verbale sert à tout le reste

a) trouver la base verbale

Seulement, les dictionnaires ne donnent que l’infinitif, alors comment faire pour retrouver la base verbale ? Les terminaisons de l’infinitif sont mouvantes (tomber peut se dire kouezhañ, kouezhelkouezho…) mais assez faciles à déterminer, ce sont :

– dans l’écrasante majorité des cas : -(i), - et -out

– pour les autres verbes : -al, -at, -aat, -ek, -el, -en, -er, -et, -ezh, -i, -ial, -in, -n, -o et même quelquefois rien du tout.

Or, il nous suffit de retrancher la terminaison de l’infinitif pour obtenir la base verbale, et les deux exemples suivants suffiront :

– si le dictionnaire me donne rannañ, je peux reconnaître la terminaison de l’infinitif -añ et je dois la retrancher pour obtenir la base verbale, ce qui me donne rann-.

– si le dictionnaire me donne anzav, je ne peux pas reconnaître de terminaison de l’infinitif, car -v ou -av ou -zav ne figurent pas dans la liste des terminaisons que nous avons donnée ci-dessus, et je n’ai donc rien à retrancher pour obtenir la base verbale, ce qui me donne anzav-.

Soit donc le schéma suivant :

daskor_support_012.png

Les risques d’erreur sont très faibles, et ne concernent que quelques très rares verbes qui se terminent par :

-en : le verbe eren a pour terminaison -n et donc pour base verbale ere-, alors que dougen a pour terminaison -en et donc pour base verbale doug-.

-iañ / -ial : le verbe spial a pour terminaison -al et donc pour base verbale spi-, alors que le verbe neuñvial a pour terminaison -ial et donc pour base verbale neuñv-.

Je vous ai préparé un petit exercice. Vous pouvez le télécharger ici sans corrigé ou avec corrigé.

b) cas particuliers

Maintenant, vous vous posez certainement tous la même question avec angoisse : y a-t-il des bases verbales irrégulières ?

Stricto sensu, seules les bases verbales des cinq verbes bout ou bezañ (être), kaout ou endevout (avoir), gouzout (savoir), mont (aller) et dont (venir) sont irrégulières (nous ne les verrons pas ici). Le verbe gounit (gagner) a aussi pour base gounez-.

En outre, un phénomène phonétique très ancien (on le retrouve en gallois) fait que certaines terminaisons en - et en -el ont contaminé l’infinitif, mais ce phénomène n’est pas imprévisible, et vous trouverez ici la liste des verbes concernés.

3 - le complément

Ce sera tout pour cette fois, mais sachez qu’il est indispensable de savoir déterminer une base verbale, alors n’hésitez pas à revenir sur cette leçon si c’est nécessaire.

 

© Sébastien Marineau et l'association Daskor Breizh

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix