Arvor (l’) (01) : À Brizeux

Au début de mon œuvre, en moi-même, ô doux maître,
Je me suis recueilli pensif : j’ai senti naître
               Le trouble qui fait hésiter ;
Je disais : Après toi, si charmant et si tendre,
Quels timides accents pourrai-je faire entendre,
               Comment oserai-je chanter ?

Et cependant j’adore aussi, moi, ma patrie ;
Mon âme à son seul nom se recueille attendrie,
               Quand l’exil l’éloigne de moi.
Avant d’avoir connu ta voix enchanteresse,
Enfant, j’avais donné mon cœur et ma tendresse
               À ma Bretagne, comme toi !

Tu sais bien qu’il est doux de chanter ce qu’on aime ;
Tu sais ce que l’Arvor t’inspirait à toi-même.
               Pardonne, ô poète chéri !
L’oiseau mélodieux a des hymnes célestes,
Comme lui, cependant, les abeilles modestes
               Célèbrent le printemps fleuri.

Vous êtes ici

Livre

Arvor (l’) (01) : À Brizeux

Arvor (l’)

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse,
29600 Morlaix