Chanson de la Bretagne (la) (22) : Chanson du vent qui vente

An avel a zeu deus a bell ;
Den na oar piv ê an avel…

Le vent vient de loin ;
Personne ne sait qui est le vent…

Le vent qui vente est à ma porte
Qui pleure, comme une âme morte.
Il geint : « Ouvrez au nom de Dieu !
Je vois chez vous lueur de feu,
Je voudrais me chauffer un peu ! »

Alors j’ai dit à la servante ;
« Annik, ouvrez au vent qui vente. »
Et le vent qui vente est entré,
Et, devant l’âtre vénéré,
Doucement il a soupiré.

Avec des bonds de chien folâtre,
La flamme a sursauté dans l’âtre.
« Salut ! a dit le foyer clair,
(Car le foyer parle en hiver)
« Salut au pauvre vent de mer ! »

Le vent, assis sur l’escabelle,
A répondu de sa voix belle :
« Langue du feu, chère aux humains,
Lèche les pieds, lèche les mains
Du vagabond des grands chemins. »

A la claire flamme vivante
S’est réchauffé le vent qui vente ;
S’est réchauffé le vent errant
Qui toujours va courant, courant,
Si maigre qu’il est transparent.

Il m’a raconté son histoire,
Sa misère, son purgatoire.
Père ni mère il n’a connu ;
Il ne sait où va son pied nu,
Ni d’où, nu-pieds, il est venu.

Une âme est en lui, qu’il ignore,
Une âme innombrable et sonore ;
Il la traîne par l’univers ;
Elle est la chanson des blés verts
Et le rugissement des mers.

Il sème les graines fécondes,
Il creuse les fosses des ondes,
Il chante et hurle tour à tour ;
C’est-un aveugle, c’est un sourd
Ouvrier de mort et d’amour.

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix