Alexandre Ledan

(Morlaix, 15 septembre 1777 – Morlaix, 17 avril 1855)

Un imprimeur des idées nouvelles

Alexandre Ledan s'enthousiasme très jeune pour les idéaux révolutionnaires : il s'engage comme apprenti dans l'imprimerie de François Guilmer, à Morlaix, à une époque où l'imprimerie est le moyen de diffusion de idées nouvelles (1791), puis il s'engage dans l'armée républicaine (1795) où il atteint le grade de sergent-major.

Alexandre Ledan obtient son congé pour ouvrir sa propre librairie-imprimerie (1805) et, grâce à quelques appuis, il obtient d'être agréé par le pouvoir impérial (1811), ce qui lui vaut aussi de... ne plus être agréé lorsque celui-ci cède la place au pouvoir monarchique.

Au demeurant, Alexandre Ledan reste fidèle à ses idéaux : dans un long poème, il salue la chute de Charles X, trop autoritaire, et l'avènement de Louis-Philippe, qu'il estime beaucoup plus libéral (1830).

Un témoin de la littérature bretonne de son temps

Sur la forme, Alexandre Ledan continue la tradition des auteurs bretons du XVIIIème siècle : il emprunte sans discernement à la langue française dans le but « d'orner » la langue bretonne et, même s'il appartient à la même génération que Jean-Marie Le Gonidec, rien ne rappelle la réforme que celui-ci entreprend sur la grammaire (1807) et sur le vocabulaire (1821).

Mais sur la forme, Alexandre Ledan adapte ou « collecte » surtout ce qui se dit ou ce qui se chante autour de lui et, de ce point de vue, son œuvre est irremplaçable, car elle témoigne d'une activité culturelle et même littéraire dans les milieux populaires de Morlaix. Elle témoigne aussi d'un humour caustique qui se poursuit aux générations suivantes chez Prosper Proux et chez Jean Cadiou.


Le projet Daskor a publié les ouvrages suivants :


association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
57, rue Guy Le Normand,
29600 Plourin-lès-Morlaix