Jean Roudot

ou Mel-oc'h-Dir, Telenn Iliz

(Saint-Goazec, 29 juillet 1871 - Penhars 26 juillet 1921)

Un prêtre engagé

La vie de Jean Roudot (comme celle de tant d'autres écrivains bretons) commence par des études au petit séminaire, se poursuit par des études au grand séminaire, et Jean Roudot conclut ce cursus honorum en devenant prêtre.

Ses brillants résultats aux examens lui valent d'abord une charge de professeur au petit-séminaire de Pont-Croix (1894), puis il est nommé vicaire (c'est-à-dire assistant du recteur) à Lannilis (1901).

Il s'adresse alors aux jeunes ouvriers et paysans, promeut le catholicisme social, et fait même venir son chef de file Marc Sangnier à Lannilis... alors que celui-ci est condamné par le pape la même année (1910) !

Un écrivain breton de talent

Jean Roudot crée une feuille paroissiale bilingue, Le petit semeur de Lannilis (1909-1921) et collabore à la revue Feiz ha Breizh. L'abbé Jean-Marie Perrot déclare alors qu'il en est l'un des meilleurs écrivains.

Jean Roudot se montre en effet un écrivain breton de talent : il écrit trois pièces de théâtre : Marv Sant Tremeur (1906), An aotroù Tromenec'h (1911), Salaün ar Foll (1913) et d'autres pièces inédites.

Il peut alors faire jouer ses pièces par le patronage de la paroisse, mais il doit finalement quitter Lannilis lorsqu'il est nommé curé de Penhars (1915). La littérature bretonne lui est surtout redevable pour ses pièces de théâtre.


Le projet Daskor a publié les ouvrages suivants :


association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix

propulsé par Drupal