Erwan Berthou

ou Alc'hweder Treger, Kaledvoulc'h, Eskalibor, Goasdoue, Klasker vara...

(Pleubian, 4 septembre 1861 - Pleubian, 27 janvier 1933)

Un bourlingueur qui rentre au pays

Après des études au petit séminaire de Tréguier, Erwan Berthou va à l'école de Lannion puis au lycée de Nantes. Il est rare alors que les futurs écrivains bretons aillent fréquenter l'enseignement public, surtout jusqu'au lycée (qui n'est pas encore gratuit).

De fait, l'oeuvre d'Erwan Berthou ne porte pas la marque du cléricalisme ambiant, et lui-même s'en fait d'ailleurs l'écho dans son poème Eil marv Renan, où il constate avec désabusement que, malgré tout, les cloches de Tréguier ne s'arrêteront jamais de sonner !

Est-ce pour les fuir ? Erwan Berthou s'engage comme marin et voyage de l'Asie aux Amériques, puis il trouve du travail au Havre (1885), et c'est à 37 ans seulement qu'il rentre finalement en Bretagne pour reprendre le travail de la terre (1898).

La littérature du Gorsedd

Erwan Berthou se rend à l'Eisteddfod de Cardiff, une sorte de congrès du Gorsedd gallois qui le consacre « druide » sous le nom d'Alc'hweder Treger (l'Alouette du Trégor). Erwan Berthou s'engage alors dans le Gorsedd breton et devient « Grand druide » (1903).

Erwan Berthou cherche à dynamiser le mouvement : il publie une réflexion nationaliste avec Dihun Breizh (1901), des poésies « inspirées » avec Dre an delenn hag ar c'horn-boud (1904) et une histoire de Bretagne avec Istor Breizh (1910).

Enfin, Erwan Berthou cherche à créer une mystique « druidique » en traduisant ou en s'inspirant des ouvrages gallois : il publie également Triadennoù Barzhed Enez-Vreizh (1906), Kevrin Barzhed Breizh (1912) et surtout Dindan derv an Drouized (1931).

Un apport décisif à la littérature bretonne

Pourtant, la tentative d'Erwan Berthou se solde par un échec. Même si la plupart des écrivains bretons adhèrent au Gorsedd, beaucoup restent aussi attachés à l'Église, et personne ne prend vraiment au sérieux la restauration d'un culte « druidique ».

Erwan Berthou donne assez rapidement sa démission du poste de « Grand druide » (1905). Parti à Paris pour restaurer sa situation financière (1903-1917), il ne revient en Bretagne que pour se voir ruiné, et il meurt dans une affreuse misère.

Pourtant, Erwan Berthou est un écrivain breton qui a profondément marqué la littérature bretonne. En effet, il reste l'un des premiers précurseurs de l'Emsav, et l'un des premiers à avoir essayé de traiter de sujets philosophiques en langue bretonne.


Le projet Daskor a publié les ouvrages suivants :


association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse, 29600 Morlaix

propulsé par Drupal