Voici un extrait des commentaires que Théodore de La Villemarqué a insérés dans le Barzhaz Breizh :

« Jeanne de Rohan, fille d’Alain, cinquième du nom, vicomte de Rohan et d’Aliénor de Porhoët, épousa, en l’an 1236, Mathieu, seigneur de Beauvau, fils de René, connétable de Naples. L’histoire ne nous en dit pas davantage sur ces deux époux. Nos poètes populaires sont moins laconiques ; ils racontent très longuement les aventures de Jeanne et de son mari, qu’ils appellent Mazé de Traoñjoli, traduisant en breton les noms français Mathieu et Beauvau. La mère de celui qui écrit des lignes entendit chanter, au dernier siècle, plusieurs couplets de la ballade dont ils sont le sujet à une vieille femme de la paroisse de Névez, et elle fut si frappée de la beauté de la pièce, qu’elle en fit une copie à l’aide de laquelle a été retrouvé le chant tout entier (…).

Le baron, dit le poète populaire, partit pour l’Orient après trois années de mariage. L’histoire nous apprend effectivement qu’en 1259, trois ans après l’époque où eurent lieu les noces de Mathieu de Beauvau et de Jeanne de Rohan, le duc Pierre Mauclerc prit la croix, accompagné d’un grand nombre de seigneurs bretons. La ballade ajoute qu’au bout d’un an, la guerre étant finie, Mathieu revint en Bretagne ; et ici encore elle est conforme à l’histoire, qui fait conclure une trêve au commencement de 1241, entre les Sarrasins et les Chrétiens, dont la plupart s’embarquèrent immédiatement à Joppé pour revenir en Europe. La même année, nous voyons Mathieu de Beauvau cité, à la requête de l’évêque de Nantes, à comparaître devant l’archevêque de Bourges, pour avoir à se disculper d’excès dont il s’est rendu coupable. Ces excès, que l’acte d’assignation ne spécifie point, parce qu’ils étaient, je suppose, assez connus, sont, à n’en pouvoir douter, le meurtre de Jeanne de Rohan et du clerc, son infâme calomniateur. (…) »

Barzhaz Breizh : Kloareg Rohan (1)
* Nous avons modernisé l’orthographe selon le standard peurunvan, mais nous avons respecté les tournures d’origine (et notamment les mutations et les particules verbales).

Merc’hig koantik eus a Rohan ;
Ne oa merc’h nemet he-unan.

Etre daouzek ha trizek vloaz,
Da oa dezhi kemer ur gwaz,

Da oa dezhi ober dilenn
’Tre baroned ha marc’heien,

’Tre marc’heien ha baroned
Hag a zeue d’he darempred.

Na blije niken de’i an’e,
’Met an aotroù baron Vaze,

An aotroù kastell Traoñjoli,
Den klok a-gostez ’n Itali.

Hennezh a blijas d’he c’halon,
Dre ma oa leal ha gwirion.

Tri bloavezh hanter e oa bet
E plijadur an daou bried ;

Ken oe kaset kannad d’an holl
Da vont d’ar brezel da sav-heol.

– Pa m’on deus ar gwad uhelañ,
Ret eo din monet da gentañ.

Arsa ’ta ! kenderv, pa eo ret,
Dit a ran karg ouzh ma fried,

Ouzh ma fried, ouzh ma mab ker,
Kloareg mat, ’pez outo preder. –

Tronoz vintin, pa ee kuit,
Marc’het mat, sternet, hag eskuit ;

Setu an itron, oc’h ouelañ*,    [K ouelo] 
O tiskenn gant ar pazennoù :

O tont d’an traoñ gant he c’hrouadur*,    [K c’hredur] 
A hirvoude an itron fur.

En e vetek pa oa degou’et,
Krog e penn e c’hlin he deus graet,

E penn e c’hlin he deus kroget,
Gant he daeroù ’deus her glebiet.

– Va aotroù ker, ha ! me ho ped,
En an’ Doue ! na’m lezit ket ! –

An aotroù, gant truez outi,
A astennas e zorn dezhi ;

Ha d’an nec’h en deus he savet,
Hag en he raok ’neus he laket ;

War e varc’h ’neus he azezet,
Hag he briatat en deus graet.

– Janedig kaezh, tav az ouelañ*,    [K ouelo] 
Evit ur bloaz ’vin deut en-dro. –

Hag e vab en deus kemeret
Diwar barlenn e zous pried ;

’Tre e zivrec’h e gemeras,
Hag outañ ken kaer a sellas :

– N’eo, ma mab, pa vi en oad,
A z-i d’ar brezel gant da dad ? –

Pa oa o vont ’maez deus ar porzh,
Bras ha bihan a grie forzh,

Bihan ha bras holl a ouele ;
Nemet ar c’hloareg, eñ na ree.

association Daskor Breizh
06.11.32.35.32.
36, rue Basse,
29600 Morlaix