En guise de préface

Genre
Théâtre
Langue
Français
Source
Vannes, Emile Mahéo, 1924
Transcription
Sébastien Marineau
Dans le même ouvrage :

« Il passa la mer et vint mouiller l’ancre à la coste de la Bretagne-Armorique et s’habitua en une petite isle qu’on nomme à présent inézen Kado, en la paroisse de Belz… Il y édifia un petit monastère et voyant que le peuple du pays circonvoisin l’y venait visiter, il y bastit un beau pont sur le bras de mer qui est entre ladite isle et la terre ferme. Lequel, ayant été démoli, fut par luy refait encore une autre fois. » 

    Albert Le Grand (Vie des saints de Bretagne) 

« Dans le pays de Vannes, on raconte que le saint ne pouvait parvenir à terminer son œuvre. Le diable démolissait, la nuit, le travail du jour, si bien que Kado, ennuyé, résolut d’employer la ruse contre un adversaire aussi redoutable. 
– Que veux-tu que je te donne, lui demanda-t-il, pour rebâtir mon pont ? 
– La première créature vivante qui passera dessus. 
– C’est convenu, répliqua le saint. 
Et, le pont achevé, il dit au diable, en lâchant un chat noir qu’il tenait caché dans sa manche : 
– Attrape ! Voilà une créature qui passe ! 

……………………………………………….. 

Une autre tradition, plus grave et en même temps plus touchante, circule en Armorique. 

Saint Gildas était venu, comme tant d’autres, pour voir ce pont qu’il devait d’autant plus admirer que lui-même avait bâti un monastère et une église dans la presqu’île de Rhuys. Il dit à son ami : 
– Béni soit celui qui a bâti ce pont qui conduit de la terre à l’île. 
Kado répondit humblement : 
– Il mériterait bien plus d’être béni celui qui bâtirait un pont conduisant de la terre au ciel. » 

    De La Villemarqué (La poésie des cloîtres celtiques) 

En citant ces deux textes, l’auteur révèle aux lecteurs curieux les sources où il a puisé la « matière » du drame légendaire qu’il livre aujourd’hui, sans prétention, à ses compatriotes de Basse-Bretagne, et qu’il dédie affectueusement à deux de ses cousins de Betz : 

    ALEXANDRE LAURENT, aveugle de guerre 
            et 
    ÉDOUARD GILLOUARD