Bienvenue sur le site du projet Daskor ! Nous sommes une association de bénévoles, et nous cherchons à faire connaître et reconnaître la littérature bretonne par le plus grand nombre.

Nous recherchons des textes libres de droits, et nous les transcrivons un à un dans l’orthographe actuelle. Tant et si bien que nous en sommes déjà à 2121 textes de la littérature bretonne à ce jour !

Nous vous offrons ces textes par auteurs, par genres, par thèmes… Ils sont tous disponibles au format numérique, gratuitement, et certains d’entre eux sont même publiés au format poche.

Nous vous offrons également divers supports sur la littérature bretonne (une petite histoire, une biographie des auteurs…) et sur la langue bretonne (textes bilingues, tutoriel de breton…).

Peseurt kemm a zo etre ur barner
Hag an derezoù ?

Dirak ar barner e vez savet an dorn,
Dirak an derezoù e vez savet an troad.

Feiz ha Breizh
  • Bardes (les)

    Ma mamm-gozh baour, em selaouit*    [K silaouet] 
    D’ar fest am eus c’hoant da vonet ;

    D’ar fest, d’ar rederezh nevez
    A zo laket gant ar roue.

    – D’ar rederezh na yefec’h ket,
    D’ar fest-mañ na da fest ebet ;

    Na yefec’h ket d’ar fest nevez,
    Gouelañ ’peus graet ’hed an noz-mañ* ;    [K -me] 

    Na yefec’h ket, mar dal ganin*,    [K gane] 
    Gouelañ ’peus graet en ho huñvre. –

    – Ma mammig paour, ma em c’harit*,    [K c’haret] 
    D’ar fest em lezfec’h da vonet. –

    – O vont d’ar fest c’hwi a gano,
    O tont en-dro c’hwi a…

  • Noces (les)

    Gwashañ tra a reas biskoazh pennhêrez ar Gili a voe, un abardaez hañv, pa lavaras da Izidor Lanuzel, eus Kerevel, en doa dent gwenn ha blev melen rodellet-kaer.

    Izidor a oa – evel ma vez lavaret – ganet e penn diwezhañ ar sizhun, ha war meur a dra dister e chome dalc’het e spered, ha ma ne oa ket gwenn e zent na rodellet-kaer e vlev, komzoù ar bennhêrez evelato a flouras e galon evel allazigoù.

    Antronoz vintin eta, Izidor, war-zigarez pourmen, a yeas betek ar Gili. Ne oa den er porzh d’ar mare-se…

  • Kêr-Is

        À Ludovic Halévy

    Quand tu m’es apparue au seuil de mon enfance,
    Avec tes cheveux d’or et ton geste ingénu,
    Déesse, il m’eût semblé que c’était une offense
    D’effleurer du regard le bout de ton pied nu.

    Mais ta voix m’appelait et ta voix est si douce
    Qu’elle apaisa ma crainte et que je te suivis.
    O les âpres sentiers qui couraient dans la brousse !
    O les longs plateaux noirs que nous avons gravis !

    Je ne voyais que toi,…